Rencontres du Jeune Théâtre

de Piano di Sorrento

Les Rencontres


Les Rencontres internationales du jeune théâtre de Piano di Sorrento se veulent sans entraves.

Fait par les jeunes, avec les jeunes et pour les jeunes.

Elles durent quatre semaines. Chaque semaine est consacrée à un groupe d’âge et de niveau scolaire différents.

On distingue : la semaine des écoliers, la semaine des collégiens-lycéens, la semaine de résidence des étudiants, enfin, pour l’édition 2025, une semaine pour les lycéens engagés dans le projet Erasmus Plus « Jeunes Européens ensemble ».

Les journées sont divisées en ateliers le matin et en représentations théâtrales l’après-midi.


Les ateliers du matin n’ont qu’un but : nous apprendre à NOUS DÉBARRASSER DE NOS AUTOMATISMES pour libérer notre créativité.

Danser, bouger dans tous les sens, laisser agir les émotions simples, se cacher le visage derrière un masque, faire parler son corps, entrer puis sortir d’une situation, improviser à partir d’une contrainte très simple, ne pas tricher, ne pas biaiser, tenir son corps, apprendre à écouter sa voix, à la faire résonner, à la projeter avec son ventre, à respirer, jouer à se fondre dans un choeur, à créer à partir de rien, d’un son, d’un mot, d’une odeur, d’une musique, à chanter, à donner un texte de multiples façons, à passer du hurlement au silence, à fabriquer des tableaux vivants, à se laisser modeler et modeler à son tour le corps de l’autre, raconter une histoire énorme avec les moyens du bord, créer des « fables express », JOUER, S’AMUSER…

Le théâtre n’est pas la reproduction de la réalité ordinaire. Il faut apprendre à se tenir, à parler fort, à AGRANDIR et en même temps – et c’est tout le problème – à NE PAS FAIRE SEMBLANT (le public le sent tout de suite) : à JOUER JUSTE.

Liberté, légèreté, créativité : telle est la devise. Il faut jeter le masque. S’alléger. Oublier la peur. Et se lancer.

Apprendre le théâtre comme on apprend à nager : EN SE JETANT À L’EAU.

Le saut dans le vide.


Quatre matins (mardi, mercredi, vendredi, samedi) sont consacrés aux ateliers – le jeudi est une journée libre. Les jeunes y sont mélangés. Toutes nationalités, toutes langues, tous milieux confondus.

L’idée est de SE DÉCOUVRIR DANS UNE EXPÉRIENCE PARTAGÉE.

Et aussi de trouver dans le théâtre une LANGUE COMMUNE, un espace d’échange et de compréhension qui transcende les différences de langue, même si le français est, au départ, selon le voeu d’Anna Rossini, la langue de base de ces Rencontres.

C’est en français que sont écrits nos programmes, notre site, nos plate-formes. En français que nous communiquons entre troupes partenaires. Mais les discussions après les spectacles, les conversations, les débats, les moments de travail, les soirées procèdent d’un PING-PONG continuel d’une langue à l’autre, ping-pong dans lequel l’italien joue évidemment un rôle important, et où l’anglais, en désespoir de cause, peut servir de truchement.

La joie de ces Rencontres vient de ce TANGAGE PERMANENT.

Personne – qu’il soit français, belge, roumain, italien… – personne n’est plus sûr de rien. On doit écouter, s’expliquer. Il faut s’accrocher, faire des efforts pour comprendre et se faire comprendre. Trouver d’autres mots plus expressifs, inventer des gestes, d’autres façons de faire.

La rencontre de l’autre chamboule notre confort et nos habitudes. Parler à l’autre, le comprendre, se faire entendre de lui, repousse nos limites, cette nécessité nous oblige à sortir de nous-mêmes… jusqu’au moment où le théâtre met tout le monde sur la même longueur d’onde.


Hormis pendant la semaine des résidences des étudiants, où chaque troupe a quatre jours pour construire son spectacle, les troupes invitées apportent un spectacle en ordre de marche. Ces spectacles sont programmés l’après-midi (mardi, mercredi, vendredi et samedi) – à raison de trois à quatre spectacles par après-midi.

Chaque troupe a un créneau, la veille de la représentation, pour une répétition générale et l’élaboration de la conduite technique avec le régisseur.

La municipalité met à la disposition du festival une magnifique villa patricienne, la Villa Fondi, dotée d’un théâtre, équipé de manière simple mais suffisante, et de salles de travail.

Cependant, les représentations peuvent aussi avoir lieu dans l’immense parc dominant la mer, sur la plage, les terrasses des hôtels qui nous accueillent, dans la halle du marché central. Toutes ces possibilités ont déjà été expérimentées avec un grand succès.

La clôture des Rencontres a lieu le samedi à l’issue des représentations et se termine par une distribution des prix en présence de M. Giovanni Iaccarino, Maire-Adjoint de Piano di Sorrento chargé de la Culture, et de M. Giacomo Giuliano, administrateur aux affaires culturelles et sociales. Chaque troupe reçoit un prix, qui valorise l’aspect le plus remarquable de son travail.

Des captations des spectacles sont remis aux troupes participantes. On se prépare à se quitter le lendemain en faisant la fête toute la nuit.



Cette semaine existe depuis presque dix ans.

Le noyau s’est constitué autour de troupes de classes préparatoires en Option-Théâtre (khâgne et hypokhâgne). À ce noyau se sont ajoutées des troupes d’anciens et anciennes étudiant.es engagé.es soit dans des Conservatoires, soit dans des études de dramaturgie à l’Université. Parmi ces jeunes, beaucoup ont fait leurs premières armes à Piano di Sorrento pendant leur classe prépa !

(à venir)

Le calendrier 2025

À venir !

Le Festival se déroulera pour la prochaine session du lundi 10 février au dimanche 9 mars 2025. Il débutera par la semaine pour les écoliers. Suivront la semaine de résidence pour les étudiants, la semaine Erasmus Plus et la semaine des lycéens.