Rencontres du Jeune Théâtre

de Piano di Sorrento

Témoignages


Ils et elles sont passé(e)s par le Festival de Piano di Sorrento…

Axel Chiabrando, 26 ans, a fait l’École du Jeu, lauréat du Festival de Théâtre Rideau Rouge pour sa mise en scène de Procès Ivre de Bernard-Marie Koltès : « Tu m’as parlé de Piano di Sorrento. Je suis content de savoir que tu en as repris l’organisation et que tu continues à offrir à des jeunes gens la possibilité de faire l’expérience passionnante et délirante du plateau. J’ai rarement en école (surtout en école) ressenti une telle liberté que pendant ces quelques semaines en Italie. Nous étions fous (de joie et cette joie je la garde près de moi autant qu’il est possible) ! »

Axel Chiabrando

La Cie du Soir Qui Penche, Piano di Sorrento, février 2023 : « Le Festival des Amis de Piano a été pour nous une vraie parenthèse enchantée ! La grande beauté des paysages italiens a encouragé notre créativité ; l’esprit convivial et bienveillant des hôtes et des participants a fait de ces quelques jours un moment de partage sincère et ressourçant… En repartant de Sorrente, nous n’avons eu qu’une hâte : revenir l’an prochain ! Merci encore et vive le festival !! 🙂 »

La Cie du Soir Qui Penche

Louise Chevillotte, 28 ans, travaille, dès son entrée au Conservatoire, au théâtre et au cinéma, avec de grands metteurs en scène, réalisateurs et réalisatrices, dont Christian Schiaretti, François Cervantès, Philippe Garrel, Louda Ben Salah. Nominée au César du meilleur espoir féminin pour son interprétation dans l’Amant d’un jour et le Monde après nous: « 2013, des souvenirs de répétitions sur le toit d’un hôtel face aux montagnes. L’émulation magique d’une vingtaine d’âmes pleines de fougue pour s’emparer de Peer Gynt d’Ibsen. Le goût du présent, toutes et tous aussi gourmands que les oranges qui croulaient sur les arbres de la ville. Voyage fondateur dans mon imaginaire, comme la lumière intacte de la liberté de jouer, quand tous les possibles sont ouverts. L’année suivante, j’entrais au Conservatoire national de Paris avec ce désir immense de voyager par les textes, et voilà dix ans que le théâtre est ma vie. Quelle fête, merci pour ces temps de fée sur cette berge italienne ! »

Louise Chevillotte

Vivien Fénart, 25 ans (hypo/khâgne 2017-18), a fait le Conservatoire du 6ème, puis le Conservatoire Régional de Paris :  « Piano di Sorrento a été un moment de théâtre à part dans mon apprentissage de comédien. Je me souviens de ma première année à Sorrento comme une aventure collective où chaque élève apportait sa surprise et son vécu parsemée de l’Amant de Duras, Barbara, le Golaud de Maeterlinck… un endroit de folie douce, de rencontres, de danse et rires sans fin. Ces souvenirs ravivent les possibles de l’émotion, de l’énergie de groupe partagée et me sont précieux à garder et cultiver… »

Vivien Fénart

Arracher les Yeux à la Nuit, Piano 2023: « Le Festival de Piano nous a permis de sauter dans le grand bain. Au clair de lune sur la terrasse du Sister’s Hotel, avec vue sur la mer, le festival a vu naître la toute première version, embryonnaire, de notre création Le Gorille ou l’impossibilité d’être humain. Une naissance rendue possible grâce à la gentillesse et à  l’ouverture d’esprit des participant.es et des organisateurs. Merci encore au festival d’avoir permis les premiers pas de notre compagnie ! » Carmen Daurel